Pouilly Fumé

Historique

Historique

Famille de vignerons depuis au moins... 1635 et 13 générations ?

 

Difficile de remonter plus loin en suivant les archives paroissiales, malheureusement disparates. Le vignoble était alors très morcelé, divisé entre une multitude de petits propriétaires, louant ou exploitant eux-mêmes leurs vignes. Les parcelles étaient très petites comme en témoigne le cadastre actuel ou les anciens actes notariés. Mais en remontant la famille Sadon en ligne directe (nom de jeune fille de notre grand-mère Raymonde), on peut identifier un Pierre Sadon, vigneron en 1635 dans la paroisse de Pouilly.

Se succèdent ensuite cinq générations de Sadon mentionnés "vignerons à Pouilly" dans les archives paroissiales puis communales. Début XIXème siècle, on retrouve deux générations de Sadon à la fois vignerons et pontonniers (c'est-à-dire passeur de Loire) au hameau de Charenton, commune de Pouilly.

Notre arrière-arrière grand-père, Louis Sadon, a quitté Charenton pour s'installer vigneron au Bouchot à la fin du XIXème siècle où il épousa Marie Chollet. Elle hérita de ses parents divers petits morceaux de vignes sur le Bouchot et c'est ce petit noyau d’exploitation mis en commun avec la propriété de son mari Louis qui est à l’origine de notre actuelle exploitation. Ils achetèrent la maison et la cave de Bel Air, siège de notre Domaine.

Leur fils unique André Sadon fit prospérer et grandir la propriété. Ce bon vivant surnommé : « Riquette », né en 1900, était un grand précurseur, à la pointe des nouvelles techniques de l’époque (palissage…).

Il initia son gendre Lucien Mauroy et sa fille Raymonde au métier de vigneron et au travail bien fait. Après des années 40 marquées par la guerre et l’occupation, les années 50 furent douloureuses pour le vignoble, surtout sur notre secteur du Bouchot, exposé Sud et Est qui eut à souffrir quasi-annuellement du gel ou de la grêle.

Il fallait beaucoup de courage et de persévérance alors pour subsister et rester fidèle à un métier passionnant mais soumis aux aléas de la nature.

La propriété continua néanmoins malgré les difficultés à s’agrandir ce qui permit à Gérard, le fils de Lucien et Raymonde, animé lui aussi par un attachement profond au vignoble, de s’installer à la fin des années 60.

A son tour, épaulé par sa femme Simone, il a réalisé au cours de toutes ces années de multiples modernisations à la vigne mais aussi beaucoup à la cave avec la réalisation d’installations participant à l’amélioration constante de la qualité des vins. Il fallait beaucoup de courage et de persévérance alors pour subsister et rester fidèle à un métier passionnant mais soumis aux aléas de la nature.

Il accueillit également la génération suivante représentée par Katia et Cédric au milieu des années 90, avec en parallèle de nouvelles plantations, des pratiques culturales diversifiées (enherbement, éclaircissage…), un agrandissement des chais, une nouvelle réception vendange, un changement de cuverie…

Gérard est en retraite depuis janvier 2009. Néanmoins, il nous prodigue son aide et ses conseils sans modération... Et on l'en remercie !